Le sociologue néerlandais Van de Beek répond indirectement à l’apologie du libéralisme dans « contrepoint »

Cet article donc exalte le vide idéologique du libéralisme, fait de la liberté, de perler, pense, agir, l’alpha et l’oméga de l’organisation sociale et fait semblent de ne voir comme adversaire de nos démocraties que le nazisme et le communisme

Van de Beek décrit avec précision les effets du libéralisme et de sa vacuité idéologique
En effet, toute organisation a une finalité et il en va de même de le société humaine Or la liberté n’est pas un but mais un moyen
Musulmans et juifs ont Dieu pour but, le chari’a et la torah comme moyen; les asiatique ont l’harmonie comme but et les rites comme moyens
Mais nous occidentaux nous n’avons aucun but, nous sommes à la dérive, au gré des invention techniques et des idées à la mode

Il nous faut revenir à la « cité de Dieu » débarrassée des Torquemada et Savonarole qui ont abimé enlaidi sa construction

Ainsi pourrons-nous concurrencer ces civilisations au lieu d’être méprisés, envahis et repentants

Le fondement métaphysique des démocraties libérales est-il vraiment vide ?

Francis Fukuyama a donné récemment une grande interview au Figaro sous le titre " Il y a un risque de défaite de la démocratie ". Venant de lui, auteur en 1989 du retentissant article " The end of History ? " (la fin de l'Histoire ?)

https://www.contrepoints.org

 

Pays-Bas : un anthropologue met en garde " Nous accueillons des gens qui mettent en danger nos démocraties et qui ne s'identifient pas à nos valeurs. "

"Une chose est certaine", explique Van de Beek (50 ans) chez lui à Zeist. "Si la tendance actuelle se poursuit, à la fin de ce siècle, nous aurons des millions de résidents qui ne s'identifient pas aux Pays-Bas. Les Pays-Bas deviendront alors un pays complètement différent." Van de Beek est anthropologue culturel et mathématicien.

https://lesobservateurs.ch