L’unité de l’Espagne est vraisemblablement morte à moins que le roi, non sacré d’où l e r minuscule, ne se décide à gouverner, et pas seulement à régner, ou à nommer un dictateur

Pour le moment les indépendantistes ont l’aventage parce qu’ils font de la politique et se donnent des allures de persécutés et donc s’attirent la sympathie quasi universelle
Quand à Madrid, traiter le problème de l’indépendance catalaniste sur le plan judiciaire est d’une stupidité incroyable parce que c’est une question politique qui doit se traiter soit diplomatiques soit politiquement

Il n’y a pas de demi mesure: Dictature ou perte de la catalogne