La justice (totale) n’est pas de ce monde
C’Est-ce que nous rappelle la relance de « l’Affaire Grégory » de façon fort inopportune

C’est, je pense, un acte immensément orgueilleux de rouvrir 34 ans après les faits une enquête sur de simples présomptions graphiques (comme si l’affaire Dreyfus n’avais jamais eu lieu) et sur un nouveau logiciel d’analyse de l’emploie du temps

Il me semble indispensable que l’homme puisse se résoudre à faire que le temps soit un dissolvant
Qui jugera-t-on 34 ans après, si du moins il y a quelqu’un à juger? Ce ne sera pas l’individu d’il y a 34 an, ni physiquement ni psychologiquement

On me dira que le crime doit être puni Certes, il le sera par Dieu, pour les croyants, et peut-être l’est-il dès ici-bas dans le secret de la conscience du/des meurtrier(s)