Personne ne se pose plus cette simple question: la science économique a-t-elle un but, un objectif?
Pourquoi poser cette question? Simplement parce que cette science est devenue folle, elle est atteinte de « l’ubris » grecque, la démesure qui se manifeste par la recherche insatiable de bénéfice entrepreneurial ou par les dividendes

Or ce n’est pas une saine conception de l’économie Primitivement l’économe, selon Aristote, est la bonne gestion du foyer; c’est-à-dire l’art d’être à l’aise, de ne manquer de rien (et non de commercer pour commercer, ce sui est le cas aujourd’hui)

Cela suppose un certain degrés d’autarcie qui sous-tend le fait de prendre en compte l’intérêt national
Or qu’on le veuille ou non se soumettre aux organisations mondiales, quel qu’elles soient, équivaut à renoncer à défendre ses intérêts
Aussi prétendre faire du « commerce équitable » est une vue de l’esprit puisqu’on cherche le profit pour le profit, le commerce pour lui-même

Washington et la mondialisation équitable - Telos

Dans un Executive Order signé le 31 mars dernier, le président Trump affirmait que le commerce " libre et équitable " est essentiel pour la prospérité et la sécurité des Etats-Unis, s'engageait à relever les défis économiques résultant de pratiques commerciales inéquitables, et commandait un rapport visant à identifier les pays fautifs.

http://www.telos-eu.com